Ciné séries

X-Men Origins : Wolverine

Jeudi soir, soirée cinéma. Star Trek n’étant pas encore sur les écrans, et malgré de mauvaises critiques, le choix se porte sur X-Men Origins : Wolverine. J’avais plutôt bien aimé les premiers opus d’X-Men qui, même sans avoir un scénario exceptionnel, se laissaient regarder sans problème.

Dès les premières minutes d’X-Men Origins : Wolverine on comprend que le ton risque d’être sensiblement différent. L’ouverture et générique de début dure trois plombes en abusant des arrêts sur images au cas où nous n’aurions pas compris que Wolverine et frérot (Victor) étaient quelque peu spéciaux et qu’ils avaient fait tout un tas de guerres grâce à leur force et leur invincibilité (ou presque).

Puis, fini la guerre, bonjour le commando avec d’autres pleupleux dotés de quelques pouvoirs plus ou moins intéressants, le tout parsemé de trois petites vannes à ras les paquerettes pour faire plaisir à l’audience, le tout pour nous faire dire : wouha ils sont trop forts.

 

Puis Wolverine va jouer à Charles Ingalls (non sans une petite ressemble physique d’ailleurs) avec une demoiselle dans les montagnes. Elle est tuée (comme c’est original). Et voilà que tout recommence, l’armée, la vengeance, les bastons, tout ça. Palpitant. ll accepte que l’armée fasse des expériences sur lui, et le rende plus fort, en lui modifiant son squelette (dont ses griffes) avec un métal qu’il ont trouvé sur une météorite (d’où la chemise « Clark Kent » préférée de Wolverine/Logan) ou quelque chose dans ce goût là.

Il a de nouvelles griffes, youpi (qui cela dit, sont assez mal faites. Tout comme les scènes embarquées en voiture, on se croirait dans Roger Rabbit niveau effets spéciaux, et encore c’était mieux fait pour Roger). Il va se battre, fantastique. Pan pan, boum, crash. Pas beaucoup de dialogues et beaucoup de « j’te tape sur la tronche », d’un côté ce n’est pas plus mal vu la prestation assez moyenne de Hugh Jackman… Course poursuite moto, tank, hélico : un grand moment de réalisme cinématographique, mais je vous rassure, Wolverine s’en sort.

 

Puis Gambit [ci contre] arrive, une sorte de Hisoka façon Marvel (plus probablement l’inverse). Et bonne surprise, c’est un de mes footballeurs américain préféré (Taylor Kitsch) qui interprète le rôle. Heureuse de savoir qu’il sait faire autre chose que « hut », picoler des bières, et envoyer un ballon ovale d’un bout à l’autre d’un terrain de foot [c’est un des principaux acteurs de la série Friday Night Lights].

Plutôt classe le Gambit, et heureusement car cela nous fait quelques minute de pause entre deux passages totalement nuls.

Le final, 2 secondes de clin d’oeil sympa, surtout quand on sait que le générique de fin arrive (énorme soulagement). En bref, c’est un des rares films que j’ai vu où les spectateurs sortaient et rentraient dans la salle aussi fréquemment, et honnêtement, sans louper grand chose…

3 Comments

  1. Sansouig

    Merci pour cette petite analyse du film, j’hésitais a aller le voir, et bien, je ferai l’impasse. J’irai voir Star Trek plus tôt comme ça.
    Après tout, un film de J.J. Abrams, ça ne se fait pas attendre!

    Sympa l’idée de mettre des illustrations au fait!

  2. Ms. Goliath Author

    Je crois que tu as raison, un bon J.J. Abrams, ça ne se refuse pas ! J’espère seulement qu’il ne faut pas avoir vu tout Star Trek pour comprendre le film, parce que je suis vraiment retardataire en ce qui concerne cette série… !

    Et comme J.J. il aime bien les trucs un peu prise de chou, alors on ne sait jamais (nooon, je ne fais pas références à une série avec un ours polaire qui sort de nul part, un gros orteil en statue et aucune explication sur rien, monstre de fumée inclus. Toute ressemblance serait fortuite :D).

  3. Sansouig

    Je n’ai qu’une chose a dire !

    4 8 15 16 23 42

    Sinon, pour StarTrek, j’y connais rien non plus, mais si j’ai bien entendu, il s’agit d’une relecture de l’univers de StarTrek, donc a priori tout « commence » dans le film, une nouvelle saga en gros.

    On en discutera après ton analyse… ^^

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *