Ciné séries

The Visit : barre de rire chez papy et mamy

Quand Shyamalan donne dans le comique de situation

Toujours à la recherche du film d’horreur qui me fera frémir, c’est avec un peu d’espoir que je me suis posée devant The Visit de Night Shyamalan, le réalisateur le plus inconstant auquel je puisse penser.

Malgré quelques bons opus, on se souviendra de 6ème Sens ou du Village, Night ne brille pas pour son bas goût. Il lui en faut très peu pour basculer dans la bouse nanardesque à coup d’extraterrestres dans des champs de maïs (Signe) ou de petite sirène (La Jeune fille de l’eau).

The Visit : film found footage Night Shyamalan

« J’en reviens pas, c’est quoi cette daube ? »

Cette année, l’homme au nom imprononçable revient avec un film d’horreur intitulé The Visist ou deux gamins partent quelques jours à la rencontre de leurs grands parents où des choses bien étranges se passent de jour comme de nuit.

On reprend les classiques à la Blair Witch, espérant rendre le film aussi flippant que son modèle, caméra au poing (found footage), Night Shyamalan nous propulse la plupart du temps dans la peau des gamins qui réalisent un film souvenir pour leur mère qui profite de ce voyage pour prendre du bon temps en croisière.

Comment faire peur, ou les conseils pour un bon film d’horreur

Alors, M. Shyamalan, si je puis me permettre, j’aimerais te donner quelques conseils pour que ton prochain found footage ou film d’horreur, soit un tantinet meilleur. Ne le prends pas mal, on peut tous se tromper, mais là franchement… le mec du montage a bien dû se marrer !

Réaliste tu seras

Moi, j’ai envie d’avoir peur quand je regarde un film d’horreur. Et pour avoir peur, il faut y croire, alors s’il te plait, oublie les personnages de 10 ans qui ont la maturité de Jamie Lee Curtis après 15 épisodes de Halloween avec Mickael Myers à ses trousses. Sérieux, aucun gamin ne réagit comme ceux de ton film (aucun parents dignes de ce nom non plus, mais c’est encore une autre histoire).

Nouveau film d'horreur de Night Shyamalan

« Tout va bien se passer, on est gentils, on a des cookies ! »

Crédible, la base du scénario sera

Maman n’a pas vu ses parents depuis 15 ans et envoie ses deux enfants chéris tout seuls en plein milieu de nul part en Pensylvanie pour les rencontrer. Alors là, chapeau. Dès les 5 premières minutes on rigole bien. Qui envoie ses enfants à l’autre bout du pays, sans renouer un minimum avec ses parents pour faire en sorte que tout se passe bien : madame tout le monde bien entendu !

La scatologie, tu oublieras

Grotesque par essence, l’humour pipi-caca n’a rien à faire là ! Night, ton public n’a pas 5 ans, même si cela avait été le cas, il n’aurait pas plus eu peur devant ton film. Ton arc sur les excréments, tu aurais pu l’oublier, très honnêtement, ça ne sers à rien sinon à te décrédibiliser, pareil pour l’apparition de fessiers octogénaires.

Peur, les gros plans ne font pas

Grande nouvelle pour toi, mon petit Night, il est loin le temps où un gros plan suffisait à faire peur (sil n’a jamais existé). Entre gros BOUM et gros plans inopportuns, ton film ressemble à un mauvais gif issu de l’Internet. Tu sais, les gif du genre « regarde bien cette image et cherche l’erreur » jusqu’à ce qu’un truc jaillisse à l’écran. La même, pendant plus d’une heure. C’est pas bien glorieux, rends à internet ce qui est à internet.

Un navet sans aucun goût

Certains navet ont le charme du genre : on les regarderait même avec plaisir, savourant au second degré les scènes les plus risibles du film… là encore on repassera ! Vraiment, il n’y a rien à retenir de ce film qui est l’un des plus gros navet que j’ai vu cette année.

A oublier très très vite !

(c) images Universal Picture

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *