Ciné séries

Film – Deadpool, le héros 9gag

Un tantinet grossier, un poil revanchard et la langue bien pendue, Deadpool s’illustre comme le désodorisant pour Marvel, fraîcheur eucalyptus sauvage.

Ouvre tes bronches et rigole un bon coup, le trio schyzo Wade Wilson, Ryan Reynolds et Deadpool vont t’en mettre plein les mirettes et te désencrasser les conduits auditifs.

 

Deadpool super héros et anti Xmen

The Deadpool Poets Society

Deadpool, l’histoire du mal aimé

Si Deadpool était très attendu par ses fans, j’ai cru comprendre de source NeuNeu que les dits fans n’étaient pas « si » nombreux… toutes proportions gardées bien entendu. Du coup, le film s’annonçait plutôt comme un désastre assuré doublé d’un budget relativement ridicule en prime de quoi on lui collait Ryan Reynolds, quand il n’iradie pas de vert, ne brille pas par ses apparitions cinématographiques.

Ceci étant dit, c’est comme ça que Magalie a gagné la Star Academy (me demande pas comment je me souviens de ça), les rebus et mal aimés, tout le monde aime ça, surtout quand on ne les a que sur écran. Juste question d’envoyer un gros fuck à on-saits-pas-trop-qui, mais de l’envoyer quand même. Deadpool se la joue second degré et défonce le box office à coup de coeur avec les doigts latexés de rouge et noir.

 

Deadpool une histoire d'amour et de vengeance

La promo la plus génialisme et what the fuck de Deadpool

Ajax, le tendon d’Achille de Wade Wilson

Deadpool, c’est le nom de scène de Wade Wilson. Wade, lui c’est un mercenaire urbain. Le genre de type qu’on engage pour tabasser son voisin voyeur. Il arrive un truc à Wade, du genre moche et ce truc ça le fait devenir vraiment moche. Comme s’il avait été plongé dans un bain de javel. Et qui donc à fait ça ? Monsieur propre miniature, j’ai nommé, Ajax. Mais lui, pour de vrai, il s’appelle Françis… j’avoue, ça pue pour un méchant, y avait bien besoin d’Ajax.

Si on vous la fait en bref : Wade s’adapte très bien à ses supers pouvoirs en revanche il l’a plutôt mauvaise de se taper une face de steak haché. Du coup, il voit rouge et décide de retrouver crâne d’oeuf, le seul sur cette Terre à pouvoir lui faire un lifting avant de le réduire en bouillie.

 

Deadpool film du héros mal aimé

XOXO, Deadpool Boy

X-Men au rabais et sauce piquante

Si l’aventure du plus trivial des non super-héros ne manquera pas de vous divertir, les X-Men eux, en prennent plein leur grade. Et franchement, c’est un plaisir ! Pourtant, j’adore X-Men (si on excepte Wolverine) mais je ne peux que saluer ces touches d’humour fort bienvenue. Fini les bons sentiments et la morale à deux sous. Deadpool s’en porte garant !

Dès le début du film, on en prend plein la tronche avec un générique original, qui déboîte visuellement et bourré de détails qui vous préparerons à la suite des événements… qui sera largement à la hauteur. Des blagues parfois pipi caca, mais surtout, un sens aigu du divertissement : des yeux et des oreilles, vous ne saurez plus où donner de la tête.

Ma seule inquiétude, qu’ils n’arrivent pas à se réinventer pour le deuxième opus de Deadpool, parce que vu le carton mérité du premier, il y a vraiment de grandes chances qu’une suite voit le jour !

 

Deadpool, ma note

Note : trop de la balle

 

Geeky Things

[Jeux vidéo] Kingdom Rush

Tower defense Mac friendly

S’il devait y avoir seulement deux bonnes raisons pour craquer pour le dernier Humble Bundle ce serait inévitablement Knights of Pen and Paper (dont je vous ai déjà rabâché les oreilles) et Kingdom Rush : un tower defense tout joli et disponible sur Mac.

Il y a des petits jeux comme celui-ci qui ont la faculté assez impressionnante d’arrêter le temps… du moins c’est l’impression qu’il donne. Ne partez pas pour jouer seulement une partie, c’est mission impossible : on veut toujours plus d’étoiles, de niveaux et de héros ! Pour résumé : attention, ce jeu est hyper addictif !

Kingdom Rush

J’avoue que je suis de partie pris, j’adore les tower defense et je ne me tiens plus quand j’en ai un entre les mains. Après y avoir joué quelques heures, il n’y a rien à reprocher à Kingdom Rush. Le principe est toujours le même : empêcher l’ennemi de traverser de part en part votre écran. A vous de combiner vos forces et de mettre en branle votre esprit stratège pour mettre en place la meilleure défense possible et sauver le royaume (mais pas sûre qu’il y ai une princesse à la clé ;)).

Plus on joue, plus on débloque de possibilités, d’évolutions des tours ou encore nouveaux héros dans notre arène, héros que l’on peut choisir pour chacune de nos missions. C’est peut-être un détail pour vous, mais ça veut dire beaucoup (ok, je sors !).

Kingdom Rush : upgrades

Chaque niveau de Kingdom Rush dispose de 3 modes : le mode normal (qui vous permet de dévérouiller le niveau suivant et d’avancer sur la map), le mode Heroic et le mode Iron. Pour gagner le Heroic puis le Iron, il faudra réussir le niveau à 100% (sans qu’aucun ennemi ne franchisse l’arrivée) en se pliant aux contraintes de type : évolutions de niveau 1 seulement et pas de héros. De quoi rajouter un peu de piment et glaner quelques étoiles supplémentaires pour aller faire ses emplettes en upgrades pour vos troupes !

En bref, un petit jeu très bien fait qui donne un peu de fil à retordre… et c’est tant mieux ! Un très bon titre pour tous les aficionados de Tower Defense ! A consommer sans modération ;)

Ciné séries

[DVD] Le visiteur du futur, saison 3

Visiteur du futur saison 3 en DVDLe visiteur du futur, c’est cette série génialement loufoque réalisée par François Descartes qui a fait ses premiers pas sur internet. Depuis, la petite série est devenue grande ! D’abord Ankama, puis France Télévision Nouvelle Ecriture ont fait confiance au Visiteur du Futur et les fans les remercient !

A l’aube de la 4ème saison dont le tournage vient de s’achever, le DVD de la saison 3 ravi les admirateurs de la première heure et les autres.

Avec toujours un peu plus de moyens, un casting toujours au top (avec des guests en veux-tu en voilà) et une intrigue rondement menée, le Visiteur du Futur n’a rien perdu de son cachet. Du suspens, de l’action, de l’humour et beaucoup de talent, voilà la recette d’une série à succès.

Evidemment, je ne vais rien vous raconter de cette saison palpitante de 10 épisodes (je ne voudrais pas gâcher votre plaisir) en revanche, je peux tout vous dévoiler du DVD !

Visiteur du futur saison 3 en DVD

Le coffret 3 DVD comprend la totalité des épisodes (tous disponibles avec commentaires audio) et une multitude de bonus (plus de 3h au total) :
– Making of de tous les épisodes
– Documentaires (entretien avec l’équipe et les coulisses des effets spéciaux)
– 4 reportages (durée totale 20mn)
– 3 bêtisiers (15mn)
– Des bandes annonces et des trailers

Mais aussi deux petits cadeaux :
– Une BD Visiteur du Futur X City-Hall
– Une carte collector du futur jeu de carte « Le visiteur du futur : la relève » dont la sortie est prévue pour Noël 2013.

Le tout dans un très joli coffret à prix tout doux (19,90 euros)… alors que tous les épisodes sont disponibles en ligne. Oui, c’est vrai. Mais d’une part, j’aime avoir les DVD surtout quand ce sont de beaux objets, mais je trouve également très important de soutenir les excellents projets indépendants comme l’a été le Visiteur du Futur. En plus, le prix est tout à fait raisonnable pour la qualité du produit.

Visiteur du futur saison 3 en DVD

En bref, une très bonne série avec un coffret DVD truffé de bonus dont je n’ai pas encore regardé l’intégralité, mais ceux que j’ai vu valaient la peine !

Il ne me reste plus qu’à patienter avant la diffusion de la Saison 4 qui annonce pas mal de suprises avec une tête d’affiche assez étonnante puisque Katsuni rejoint l’équipe !

Geeky Things

Evoland : le jeu hommage aux jeux vidéo

evoland

J’ai toujours aimé les jeux vidéos, et c’est donc tout naturellement qu’Evoland m’a fait de l’oeil aussi tôt que je l’ai découvert. Le principe de base est simple mais ultra efficace : retracer l’évolution du jeu vidéo en un jeu vidéo à part entière. Alors oui, c’est bourré de références, du plagiat jusqu’à la moelle, mais c’est quand même une idée du tonnerre ! L’intrigue, grosso modo, c’est celle de Final Fantasy 7 et bien sûr on incarne Cloud, enfin son alter ego avec de légers côtés de Link.

Cela dit, il n’y a pas que FF7 qui soit à l’honneur, on retrouve des petits bouts de FF8 par exemple, avec le jeu de cartes auquel on peut s’adonner quelques temps (sans grand danger puisqu’on ne perd a priori jamais de cartes), Zelda, Secret of Mana ou encore Diablo. Beau melting pot ! Les différents gameplay s’enchaînent et c’est parfois un peu frustraznt (le mode zelda des premières heures est un peu aléatoire, comme à l’époque d’ailleurs).

evoland-zelda

C’est également un jeu bourré de références, et pas seulement au monde du jeu vidéo, et encore je suis persuadée d’en avoir loupé énormément !

Même si le concept est vraiment génial, et le gameplay assez rigolo (il faut parfois switcher d’un mode à un autre pour résoudre de petites énigmes, c’est non sans rappeler Mario Paper) le jeu est vraiment très très court (quelques heures max) pour les 10 euros qu’il coûte !

 

Evoland : évolution du graphisme

En rédigeant cet article, je me suis donc renseignée un peu sur ce petit jeu, et j’ai découvert qu’il avait été créé dans sa version « classique » dans le cadre d’un concours de programmation avec un délais de 48h ! Chapeau bas ! Pour vos donner un peu une idée du produit original, c’est par ici ! Je n’ai pas eu le courage de le tester à fond mais le début est parfaitement similaire à la version actuelle (si on met de côté la conception graphique).

En bref : un superbe hommage blindé d’humour qui nous fera très vite retomber en enfance et nous donner envie de ressortir la Nintendo et la Playstation première du nom. Dommage que le jeu ne dure pas plus longtemps ! Ma note : 13/20

Jouer à Evoland Classic, c’est par ici :)

Image : (c) www.jeuxvideo.com

Geeky Things

Diablo 3, bon retour en enfer !

Diablo 3Comme tous, j’ai attendu Diablo 3 avec grande impatience ! Quand il est sorti, mon ordinateur n’était bien évidemment pas assez puissant pour faire tourner la bête et j’ai donc du attendre et attendre, d’avoir un nouvel ordinateur pour pouvoir y jouer. Et c’est chose faite !

Comme promis, Diablo 3 est plutôt bien roulé (graphiquement bien entendu) avec des cinématiques à couper le souffle de réalisme et de jolies cinématiques dessinée façon encre sur des vieux papiers jaunit. En bref, oui, ça à de la tronche !

Pour ce qui est du jeu en lui même, pas vraiment de grosses surprises : le principe n’a pas changé, même si les compétences ont un petit coup de jeune et qu’on est bien heureux de ne plus ramasser les tas de pièces un par un (ouf, merci, c’est un détail mais je déteste laisser de l’or derrière moi). Même si j’ai pris beaucoup de plaisir à y jouer, je dois avouer que je l’ai trouvé relativement simple… et pourtant je suis loin d’être une gameuse, je joue en mode normal à tous mes jeux et j’arrive encore à me faire battre à plates coutures !

Mais là, rien. Morte une fois sur l’ensemble du jeu et c’était plus de la maladresse qu’autre chose. Bien sûr, il me reste le mode cauchemardesque et je suis bien sûre qu’il doit être affreusement plus compliqué mais je m’attendais à un peu plus de fil à retordre. Tant pis, j’ai tout de même passé de très bonnes heures de jeu et il me reste à tester le mode multi et cauchemardesque, encore de quoi le faire chauffer quelques temps.

Diablo 3

En revanche, gros point négatif de l’affaire, le prix du jeu. Mon nouveau pc n’a pas de lecteur de CD/DVD et j’ai donc du acheter  la version numérique directement sur BattleNet… à 60 euros contre 35 euros environ dans le commerce (jeu, boîte, livret tout ça quoi). Chez Blizzard, on a honte de rien, bravo les gars !