Blablations

Oslo – Voyage au pays des Vikings part 2

Après vous avoir parlé musées et bateaux, il me reste à vous parler des souvenirs. Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’adore ramener des choses des voyages que je fais. Des spécialités locales, mangeables ou non, et bien évidemment je me suis demandée ce qu’on pouvait bien ramener de typique d’Oslo… voici mes réponses (et trouvailles) !

freia-mousse-chocolat-pudding

Quel souvenirs ramener d’Oslo ?

Tricotin tricotons avec de la laine norvégienne

De la laine bien évidemment… mais je conçois que ça ne soit pas du goût de tout le monde. Cela dit, j’ai quand même été faire un tour à Torjen Garn pour me dégoter 8 pelotes de Sandnes Garn bleu vert superbes ! Je suis en quête du modèle de pull que je ferais avec, un fair isle surement ou un icelandic pattern, en tout cas, quelque chose de local pour aller avec cette laine norvégienne.

sandnes-garn-laine-norvege

Je ne suis quand même pas une dingue, je déteste la laine qui gratte, plus exactement je ne la supporte pas. Alors, j’ai opté pour cette gamme 100% merino sachant qu’il ne s’agissait pas de laine de provenance norvégienne, mais d’une filature norvégienne. Si vous avez déjà touché de la vraie laine « rustique » norvégienne, vous comprendrez peut être que je n’ai pas vraiment hésité.

Si vous ne tricotez pas, vous pouvez acheter un pull ou une couverture toute faite. Prévoyez de prendre une hypothèque avant de partir pour l’occasion. La vie est chère à Oslo et l’artisanat aussi.

L’artisanat du verre et du bois

Oslo est aussi réputée pour sa verrerie, mais là dessus, je ne pourrais rien vous dire. Je n’ai pas été au Hadeland Glassverk (le plus grand musée de verre du Nord) mais je suppose qu’il y a des choses magnifiques (et potentiellement hors de prix) là bas.

couverts-bois-norvege

Dans les boutiques de musées, vous trouverez aussi quelques ustensiles en bois (oui, j’ai craqué pour une cuillère en bois et un set de couverts, j’adore le bois !).

Les gourmandises locales

Je vous ai parlé de Freia déjà, mais Freja en Norvège ça semble vraiment être une institution. Il y a une boutique dédiée aux chocolats Freia, il y en a de toute sortes : à l’Oreo, aux fruits, du chocolat au lait en très grande majorité, et bien évidemment, leur KitKat local le Kvikk Lunsj.

Freia fait plein d’autres choses. A l’épicerie j’ai acheté deux boîtes de Gelé (qui ont l’air de servir pour faire des entremets ou des appareil à gâteaux), mais aussi des préparation à pudding et mousse au chocolat et Daim.

specialite-norvege-gastronomie

Concernant le saumon fumé, je n’en ai vu… qu’à l’aéroport, mais je ne savais probablement pas où chercher en ville et ça aurait été compliqué à ramener.

Le jeu des vikings

En bonne touriste, je passe toujours par les boutiques des musées, et j’y ai trouvé un jeu tellement joli que je n’ai pas pu résister : le jeu du viking. Le plateau est une toile de lin imprimée et les pièces représentent un roi viking et des guerriers ébènes et blancs, comme les échecs ou les dames.

jeu-viking-norvege

La règle est simple, il faut sauver le roi (quand on joue les blancs) en le faisant sortir du plateau par l’un des châteaux situés aux coins du plateau. Quand on est attaquant (soit les pions ébènes), il faut encercler le roi adverse pour le capturer. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’y jouer, mais bien que les règles soient simples, la stratégie ne doit pas l’être autant que cela !

Voila pour la fin du voyage à Oslo… que de bons souvenirs :)

Recettes

Recette – Les ramens maison (presque) comme dans le Livre des Potions

Depuis que je les ai découvert, j’ai toujours été une grande amatrice de ramens. Succulentes et économiques, c’est le plat par excellence qui réchauffera vos froides journées/soirées d’hiver… même si personnellement j’en mange toute l’année (parfois, il faut souffrir sous des vapeurs de bouillon pour bien manger !).

Les ramens, c’est un plat typique japonais qu’on retrouve dans des cantines, servies à la vitesse éclaire par des cuisines qui ne s’arrêtent presque jamais devant nos mines affamées (compter 10 euros le menu dans une cantine parisienne). Le plat sexy par excellence entre bruits de succion et bouillon au menton, vous allez choper, c’est sûr… une bonne dose de Japon sur vos papilles !

recettes boisson et cocktail geek by Gastronogeek

Pour concocter des ramens (ou lamens), rien de bien compliqué si ce n’est de la patience. On peut décliner les recettes à l’envie : nouilles (udon, soba, spaghettis, pour nous pauvres occidentaux on y met ce qu’on trouve), du bouillon, de la viande ou du poisson (ou total végétarien) et tout un tas d’autres choses qui vous passe sous la main (pousses de bambou, épinards, choux, poireaux… on peut tout imaginer).

On y vient, lecteur, la voici la recette des ramens pour faire tout tout seul, chez toi comme un grand. Tout d’abord, rendons à César ce qui lui appartient, j’ai tiré cette recette du Livre des Potions (deuxième opus du Gastronogeek) que j’ai quelque peu modifiée !

 

Ingrédients (pour 4 bols de ramens) :

  • 4 oeufs
  • 4 escalopes de porcs
  • 25 cl de sauce soja
  • 15 cl de sauce huître
  • 1 gousse d’ail (ou de l’ail en poudre si vous n’avez que ça)
  • 2 oignons de petite taille ou 4 oignons saucier (à défaut d’oignons nouveaux)
  • 4 rouleaux de soba (ou 400 gr de udon, ou de spaghettis)
  • 2 litres de bouillon de volaille (2 bouillons cubes + 2l d’eau bouillante)
  • 2 blancs de poireaux

NB : nous pouvez également ajouter des pousses de bambou (j’en suis pas fana), du narutomaki (cet étrange légume (?) à spirale violette au centre), des feuilles de nori (algue), du gingembre, et remplacer les poireaux par des épinards ou autres.

Livre des potions Gatronogeek : recette de ramens japonaises

 

Recette de ramens maison facile et personnalisable :

  • Dans un premier temps, occupez-vous de préparer les légumes. Lavez et coupez les blancs de poireaux en petits tronçons. Epluchez les oignons et les couper en deux. Réservez.
  • Préparez les oeufs mollets. Plongez les oeufs dans l’eau bouillante pendant 6 minutes chrono. Les sortir de l’eau et les mettre directement dans un récipient rempli d’eau froide pour stopper la cuisson. Quand ils sont froids, épluchez-les et coupez-les en deux. Réservez.
  • Dans une poêle, mettez la sauce soja et la sauce huître et l’ail (et 5 gr de gingembre si vous aimez ça), ajoutez la viande, les demi oignons face coupée contre le fond de la poêle, les blancs de poireaux et faîtes cuire à feu moyen/fort jusqu’à ce que la viande soit cuite à coeur et les oignons translucides et colorés par la sauce.
  • Arrêtez le feu, sortez la viande, coupez-la en lamelles. Sortez les oignons et réservez à côté de la viande dans une assiette recouverte pour éviter que le tout refroidisse. Gardez la poêle avec la sauce pour la suite.
  • Faîtes cuire les nouilles comme indiqué sur l’emballage. En parallèle, prenez 2 bouillons cubes de volaille et distillez-les dans 2 litres d’eau bouillante. Quand les nouilles sont cuites, égouttez-les et passez-les sous l’eau froide. Laissez égoutter.
  • Remettre la poêle avec la sauce (soja, huître, ail, gingembre etc) sur le feu. Ajouter les pâtes égouttées dans la poêle et faire revenir le temps de réchauffer un peu les pâtes et de les napper de sauce.
  • Dans des assiettes creuses, à pâtes ou larges bols : disposez les pâtes au fond, les légumes, oignons et la viande coupées en lamelles. Ajoutez par dessous le bouillon de volaille. Puis disposez les oeufs mollets.
  • Dégustez !

recette ramens maison facile gastronogeek

Effectivement, ça prend un peu de temps (surtout quand, comme moi, on dispose d’un seul et unique feu de cuisson… sinon bien évidemment on peut faire la viande et les pâtes en parallèle par exemple), mais honnêtement c’est très bon et ça change du plat de pâtes habituel !

Si vous êtes féru de ramens et que vous avez d’autres idées d’accompagnements, n’hésitez pas à partager :)

Petit mot sur le bouquin lui-même, Le Livre des Potions, c’est le deuxième tome offert par nos Gastronogeeks Thibaud Villanova et Stéphanie Simbo. En plus des recettes toutes plus folles les unes que les autres, ce livre (tout comme le premier) est à la rencontre entre le livre de recettes et la nouvelle illustrée. Les photos et les mises en scène des cocktails et plats sont somptueuses et les textes n’ont pas à rougir ! Un très bel objet.

 

Recette de ramen, ma note

Note : tip top

 

Recettes

Recette : lemon curd facile

Adeptes du citron, prenez 10 petites minutes pour cuisiner la tuerie qui révolutionnera votre vie. Du lemon curd, bien entendu !

En soi, le lemon curd, qu’est-ce que c’est ? Une bonne dose de citron, une encore plus grande dose de sucre, une chouille de Maïzena et des oeufs. Rien de bien sorcier.

Il ne vous manque plus qu’un fouet et une casserole pour être prêt à épater les convives votre estomac.

Recette de lemon curd

Pour un grand pot ou deux moyens :

  • 3 citrons (personnellement j’ai mis 3 citrons bergamotes, assez petits donc, que j’ai complété d’un citron de taille normal)
  • 3 oeufs
  • 100 grammes de sucre (je pense qu’on peut même faire moins, la recette indiquait 150gr, mais 100gr suffisent largement)
  • 1 cuillère à soupe de Maïzena

Lemon curd recette facile

Une recette très compliquée en… 3 étapes.

  1. Dans une casserole mettre le sucre, le jus des citrons (plus quelques zests selon votre goût) et la Maïzena à feu doux et remuer. Je n’ai pas tamisé la Maïzena et j’aurais peut être dû.
  2. Battre les oeufs et les ajouter dans la casserole. Continuer de battre à feu vif le temps que le lemon curd épaississe.
  3. Mettre en pot (si vous arrivez à vous retenir jusqu’à ce qu’il soit froid) !

 

Et voilà, il n’y a plus qu’à vous régaler. Parfait pour les crêpes, les pancakes, les fonds de tartes, ou même pourquoi pas dans un yaourt nature… voir nature tout court ! Une petite bombe sucrée qui mettra vos papilles en extase.

Lemon curd recette facile avec 4 ingrédients

Recettes

Recette- Repas américain entre Buns et potatoes maison

Pour fêter l’anniversaire de ma sœur, j’ai décidé de concocter des hamburgers accompagnés de potatoes, le tout maison ! Au programme donc, une recette de buns éprouvée et approuvée, une recette de potatoes au four ultra simple et goûteuse ainsi qu’une recette de hamburger raclette ! De quoi vous donner l’eau à la bouche…

Recette de la pâte à Buns au pavot bleu

Pour 7 buns assez grands pour un steack boucher

  • 600 gr de farine
  • 2 sachets de levures boulangères sèche
  • 40 cl de lait écrémé (pas du demi ou du entier!)
  • 30 gr de beurre doux
  • 1 cuillère à café de sel
  • des graines de pavot bleu (ou autre graines)
  • de l’eau.

Pour la recette, je me suis inspiré des quantités de cette recette-ci sur Marmiton et pour le façonnage de cette vidéo-là par Envie de Bien Manger.

La veille (ou le jour même si vous avez un endroit chaud pour laisser pousser votre pâte) – une nuit de pousse :

1. Faire fondre le beurre dans du lait à feux très doux, incorporer la levure (si vous optez pour de la levure de boulanger, pour la levure sèche on peut l’ajouter en même temps que la farine).

2. Hors feu, ajouter le sel et la farine tamisée (ou la farine tamisée avec la levure). Mélanger et pétrir plusieurs minutes (au robot ou à la main). Quand l a pâte se décolle bien des bords et est homogène, arrêter le pétrissage et laisser reposer toute la nuit dans le saladier couvert.

NB : on peut également faire monter la pâte plus rapidement en chauffant le four à T1 pendant quelques minutes et déposer (à four éteint) le saladier avec le pâton dans le four fermé le temps de la pousse.

Recette buns maison pour hamburger

Le lendemain ou après la pousse – 20 mn de cuisson

1. Quand la pâte a doublé de volume, la dégazer à la main sur une surface non farinée. Et former des boules pour les buns (personnellement, j’en ai formé 7 avec le pâton. Pour le dégazage et le façonnage, j’ai tenté de reproduire cette méthode.

2. Une fois les buns formés, les laisser reposer sur une plaque farinée sous un torchon propre pendant environ 1 heure dans un endroit plutôt chaud.

3. Une fois l’heure passée, disposer dans un bol un fond d’eau et dans un autre les graines que vous souhaitez utilisez (pour moi, du pavot bleu)

4. Prendre un buns, l’aplatir légèrement de la main, plonger ou badigeonner le dessus du buns d’eau puis disposer le buns face humide dans le bol de graines avant de le disposer sur un papier cuisson fariné une plaque à four.

5. Faire préchauffer le four en disposant en bas un récipient en métal – type moule à gâteau bas – vide. Une fois le four chaud, disposer votre plaque avec les buns dans le four et ajouter un verre d’eau dans le plat en bas du four. Attention à ne pas vous brûler avec la vapeur qui va tout de suite se créer !

6. Laisser cuire pendant une 20 aine de minute à 200°. Bien vérifier que les pains ne brûlent pas.

Recette de potatoes au four (3 bons mangeurs) – 40mn de cuisson

  • 1kg de pommes de terre de moyenne taille ou des rattes
  • origan
  • paprika
  • huile d’olive

recette-patatoes-maison

1. Laver les pommes de terre et les découper en quartiers en gardant la peau

2. Dans un grande boîte de conservation, mettre tous les quartiers de pommes de terre, de l’huile d’olive (j’ai ajouté à l’œil, je dirais 3 cuillères à soupe), du paprika(2 bonnes cuillères à soupe) et de l’origan (idem). Fermer la boîte et secouer le tout vigoureusement pour les potatoes se nappent du mix.

3. Les enfourner dans un plat en pyrex (personnellement, je trouve que ça adhère beaucoup moins), à 200° pendant 40mn.

Pour un hamburger façon raclette

  • Buns au pavot bleu
  • Une tranche de fromage à raclette
  • Une feuille de salade
  • Deux rondelles de tomate
  • Un steack boucher
  • De l’oignon caramélisé
  • De la sauce à hamburger (mea culpa, je l’ai acheté toute faite).

Composition de bas en haut du hamburger :

Moitié de buns toasté à la poêle > Sauce hamburger > Tomate > Steack et fromage à raclette fondu (je fait fondre le fromage à la poêle, sur le steack qui cuit sur sa seconde face) > Bacon grillé > Tomate > Salade > Chapeau du buns toasté à la poêle.

Et voilà, il suffit d’ajouter des potatoes à côté et de déguster !
Bon appétit:)

Blablations

Aki Boulangerie : entre France et Japon

Aki Boulanger Paris : Meilleure boulangerie de france

Entre tradition française et nippone, la boulangerie Aki regorge de surprises ! Nichée au coeur du quartier de l’Opéra de Paris, non loin de Pyramides et de ses restaurants traditionnels (ramens, je vous aime !) n’hésitez plus et faîtes un petit détour par cette Boulangerie (qui vend accessoirement, en plus des pâtisseries, des plats et du café). Un collègue m’avait conseillé cette boulangerie comme étant une des meilleures en son genre dans Paris. Au programme donc, petite descente gourmande dans l’antre du thé matcha et du azuki.

Aki Boulanger Paris : Meilleure boulangerie de france

Deux tests pour moi, un melon anpain pris un peu au hasard, largement guidée par la curiosité… c’était tellement bon que je n’ai même pas pris le temps de faire une photo. Je serais obligée d’y retourner ! En plus de ce petit plaisir sucré et étrangement léger, j’ai craqué pour le fameux marbré azuki matcha (comprendre pâte de haricot rouge et thé matcha), un délice de fondant, de moelleux et de douceur ! Parfait pour accompagner la pause thé ou café !

Niveau prix, c’est tout à fait raisonnable, de mémoire j’ai payé 2 euros chaque part et c’était assez conséquent ! Je n’ai plus qu’à y retourner pour tester d’autres spécialités sucrées et salées !

Courez-y !

Boulanger Aki
7 rue Saint-Anne
75001 Paris
http://akiboulanger.com/

(c) Aki Boulanger pour la photo à la Une