Ciné séries

[DVD] Le visiteur du futur, saison 3

Visiteur du futur saison 3 en DVDLe visiteur du futur, c’est cette série génialement loufoque réalisée par François Descartes qui a fait ses premiers pas sur internet. Depuis, la petite série est devenue grande ! D’abord Ankama, puis France Télévision Nouvelle Ecriture ont fait confiance au Visiteur du Futur et les fans les remercient !

A l’aube de la 4ème saison dont le tournage vient de s’achever, le DVD de la saison 3 ravi les admirateurs de la première heure et les autres.

Avec toujours un peu plus de moyens, un casting toujours au top (avec des guests en veux-tu en voilà) et une intrigue rondement menée, le Visiteur du Futur n’a rien perdu de son cachet. Du suspens, de l’action, de l’humour et beaucoup de talent, voilà la recette d’une série à succès.

Evidemment, je ne vais rien vous raconter de cette saison palpitante de 10 épisodes (je ne voudrais pas gâcher votre plaisir) en revanche, je peux tout vous dévoiler du DVD !

Visiteur du futur saison 3 en DVD

Le coffret 3 DVD comprend la totalité des épisodes (tous disponibles avec commentaires audio) et une multitude de bonus (plus de 3h au total) :
– Making of de tous les épisodes
– Documentaires (entretien avec l’équipe et les coulisses des effets spéciaux)
– 4 reportages (durée totale 20mn)
– 3 bêtisiers (15mn)
– Des bandes annonces et des trailers

Mais aussi deux petits cadeaux :
– Une BD Visiteur du Futur X City-Hall
– Une carte collector du futur jeu de carte « Le visiteur du futur : la relève » dont la sortie est prévue pour Noël 2013.

Le tout dans un très joli coffret à prix tout doux (19,90 euros)… alors que tous les épisodes sont disponibles en ligne. Oui, c’est vrai. Mais d’une part, j’aime avoir les DVD surtout quand ce sont de beaux objets, mais je trouve également très important de soutenir les excellents projets indépendants comme l’a été le Visiteur du Futur. En plus, le prix est tout à fait raisonnable pour la qualité du produit.

Visiteur du futur saison 3 en DVD

En bref, une très bonne série avec un coffret DVD truffé de bonus dont je n’ai pas encore regardé l’intégralité, mais ceux que j’ai vu valaient la peine !

Il ne me reste plus qu’à patienter avant la diffusion de la Saison 4 qui annonce pas mal de suprises avec une tête d’affiche assez étonnante puisque Katsuni rejoint l’équipe !

Ciné séries

[DVD] Battlestar Galactica : l’intégral en Bluray (import UK)

Battlestar Galactica

Si je devais emporter un coffret DVD sur une île déserte, je pense qu’il s’agirait de l’intégral de Battlestar Galactica. Non seulement cette série est géniale, mais en plus j’ai l’impression de découvrir de nouveaux détails sur l’univers BSG à chaque fois que je la re-regarde.

A mon sens, on peut ne pas aimer la science-fiction et tomber complètement amoureux de la série, des personnages et de toute la mythologie qui va avec. Depuis des lustres, je bavais sur les DVD mais j’avais des exigences bien particulières : je voulais tout, TOUT. Les 4 saisons, les films et les mini épisodes web, si en plus j’ai quelques bonus je serais la plus heureuse. Et voilà, je suis comblée : la version UK intégrale nous offre tout et la VOSTF en prime ! So Say We All !

Battlestar Galactica

Le coffret est beau, les Bluray super bien foutus et les menus très pratiques (c’est important mine de rien, d’avoir des menus intelligents). Tous les soirs, je peux me faire mon shoot de Battlestar Galactica pour revoir toute la série qui m’avait tellement manqué ! Et si je vous dit qu’il a coûté moins de 40 euros, vous me croyez ?

Ciné séries

[DVD] Le chaperon rouge

Film : Le chaperon rouge

Une bouse. Autant être claire dès le début. Je n’en attendais pas moins, certes. N’y cherchez point second degré, ou lecture humoristique, vous seriez blasé, déçu voir neurasthénique à la conclusion qu’il n’y en a aucune.

Pour l’histoire, c’est bien simple, il s’agit d’une partie grandeur nature du Loup Garou de Thiercelieux (en moins bien). Je vous explique le découpage scénaristique de folie. Un villageois (ne tuons pas le «  » »suspens » » » et restons neutre) est retrouvé mort, attaqué par le fameux loup garou qui apparaît à la lune rouge (la pleine lune, mais rouge). Bouh, tristesse, les villageois sont fous de rage, les femmes ont peur, les enfants tremblent et l’héroïne ne pense qu’à son chéri-chéri.

Les hommes vont donc à la chasse au loup. Ils pensent l’avoir tué, le village est en fête (plagiat d’une scène de l’un des Matrix transposée dans Le Village). Ils picolent et mangent. Se vautrent dans la neige et sont heureux comme de jeunes bacheliers qui quittent papa-maman pour la première fois. Pas de bol, le loup surgit du fin fond de la nuit. Ben merde alors, il était pas mort. Bis repetita placent.

Film : Le chaperon rouge

Evidemment, on a quelques arrangements. Gary Oldman en prête sauveur. Michael Hogan (Saul Tigh dans Battlestar Galactica) en tueur de loup. Un triangle amoureux (comme c’est original !) composé d’un presque riche demeuré naïf et d’un rebelle bouseux (je vous laisse deviner qui à les faveurs de la donzelle). Et une cape rouge qui grandi au fur et à mesure. Une peau de chagrin inversée : plus on prie pour la fin du film plus elle devient longue. Elle fini en vraie traine de mariée, je vous passerai la lecture symbolique de ce passage si fin. Ne me remerciez pas, vraiment. En gros, des effets spéciaux de FOLIE !

En parlant d’effets spéciaux, qui dit loup garou dit loup (brillante déduction) et qui dit Chaperon Rouge sous entend réalisatrice de Twillight. Scoop de l’année, elle a enfin compris qu’il fallait remplacer les peluches articulées par des effets spéciaux. Oh yeah. On n’aura pas tout perdu.

En bref, il n’y a rien à retirer de ce film ultra cliché, cousu de fil blanc (pardon, rouge). Même la bande-originale n’a pas réussie à m’accrocher un minimum. La loose. Le seul élément plus ou moins cool, se sont les arbres à épines. Just, non ?

Le mot de la fin, je pleurs en mon fort intérieur les 4 étoiles décernées par les Inrock’ sur Allociné…

Ciné séries

Hunger Games : le film

Film : hunger games

J’ai enfin vu Hunger Games, c’était pas trop tôt ! Pour ceux qui vivent totalement dans une grotte, Hunger Games à la base ce sont trois romans jeunesse de Suzanne Colins qui ont fait un carton monstrueux. Il y a quelques mois j’avais lu les trois romans et j’avais été très agréablement surprise de cette lecture beaucoup plus réfléchie et atypique que beaucoup de romans jeunesse et j’étais assez curieuse de découvrir le film.

Il faut dire qu’adapter un roman comme Hunger Games n’est pas forcément des plus facile puisqu’il repose essentiellement sur un seul personnage – Katniss Everdeen – qui en est le narrateur. Autant vous dire que le film fait impasse sur beaucoup d’éléments du livre (le premier tome) mais surtout qu’il est difficile de recréer cette ambiance très intimiste avec le personnage.

Film : hunger games

Bons nombres de personnages disparaissent et le background historique est résumé en 3 malheureuses phrases au début du film ce qui ne permet pas du tout au spectateur novice de comprendre tous les enjeux. Ça risque de poser un certains nombres de problèmes pour les prochains films…

En bref, malgré de nombreuses déceptions par rapport au premier tome de Hunger Games, le film se laisse regarder et est assez agréables. Les acteurs sont plutôt bons dans leurs rôles (on appréciera grandement Lenny Kravitz et on attendra avec impatience les grands moments du Président Snow dans les prochains films pour voir un peu plus Donald Sutherland). Mais honnêtement, les livres sont quand même beaucoup plus intéressants !

Ciné séries

 

Elle était l’infirmière préférée de Doug Ross, elle est désormais la femme du procureur Peter Florick. Julianna Marguilies se reconverti pour la série The Good Wife dans laquelle elle endosse le rôle d’Alicia Florick.

La série commence sur les chapeaux de roues, Peter (son cher et tendre) n’a pas très bonne presse après qu’un énorme scandale sexuel ébranle sa vie politique et familiale. Les allégations vont bon train, soupçonné de corruption il se retrouve derrière les barreaux laissant femme et enfants dans la mouise médiatique.

Ni une ni deux, madame Florick revient à ses premiers amours (le droit) et se fait embaucher dans un cabinet d’avocat par une vieille connaissance de fac où elle se retrouve dans la fosse au lions avec les junior du cabinet. Entre compétition, rivalité et méandres politique de son « ancienne » vie, Alicia a du pain sur la planche.

Caviar ou navet ?
Des séries sur des cabinets d’avocats, il y en a des tas, tout comme les séries médicales et bien d’autres. Alors qu’est-ce qu’il différencie celles-ci d’une autre. Déjà, on peut oublié la série humoristique à la Ally McBeal ou Boston Justice. The Good Wife est une série plutôt sérieuse et qui pourtant se regarde comme on boirait un verre de lait en grignotant des Oreos.

Bien réalisée, bien interprétée, bien scénarisée… il n’y a rien à dire ça sent la série de qualité. Ce n’est pas très étonnant quand on sait que les producteurs ne sont autres que les frères Scott (elle était facile, j’en conviens) Ridley et Tony. Il n’y a donc a pas hésité, j’ai dévoré la première saison en seulement quelques jours, et j’ai déjà bien envie de voir la suite !

Le supplément chantilly de The Good Wife, c’est son casting. Julianna Marguilies est étonnamment très convaincante dans son rôle mais surtout on a le plaisir de croiser d’autres tête familières. Je ne citerais que : Matt Czuchry (où le fameux Logan de Gilmore Girls), Christine Baranski (la mère de Leonard dans Big Bang Theory, mais aussi la mère de Cécile dans Sexe Intention), et bien sûr mon préféré pour la fin Josh Charles alias Knox du Cercle des poètes disparus (je sais je sais, certaines vont hurler, et elles ont raison ! THE film !).

En bref, c’est top. Si vous avez loupé la diffusion sur M6 vous pouvez toujours vous rattraper sur les DVD !