Blablations

Challenge écriture : le blog Enquête de mots

Tout nouveau, tout beau, le blog Enquête de mots fait peau neuve !

Vous aimez écrire et vous avez envie de vous mettre au défi ? N’hésitez plus, ce blog est fait pour vous. A chaque projet, nous vous donnons des contraintes à respecter pour écrire une histoire de votre cru.

Ecrire avec des contraintes, ça donne quoi ?

Concrètement, ça donne des récits tous différents les uns des autres. Imaginez donc un fana de SF, un féru de littérature classique et un amateur des années 50 qui écrivent tous avec les mêmes contraintes, par exemple :

  • faire apparaître un mort vivant,
  • utiliser les mots diapositive,
  • tuyauterie et équation,
  • un personnage principal boulanger de profession…

A la fin du projet, chacun rend son récit et nous faisons un recueil avec toutes les nouvelles qui répondent aux mêmes contraintes !

Bien évidemment, le challenge est ouvert à tous, écrivain en herbe ou compulsif, peu importe votre âge ou vos goûts , il suffit de vous inscrire par commentaire sur le blog : rendez-vous sur : enquetedemots.jimdo.com.

En espérant vous lire:)

Blablations

JCVD et des morts : projet 7 Enquête de mots

Petit cadeau avant Noël, un nouveau projet d’écriture sous contraintes ! Et comme d’habitude sur Enquête de mots, le maître des contraintes (Tostaky pour ne pas le nommer) s’en est donné à coeur joie !

Pour ce projet n°7 les intrépides auteurs auront à remplir les contraintes suivantes :

Titre :

La guerre froide a bien eu lieu

Contraintes :

– aucun personnage humain ! Vous pouvez cependant y faire allusion, si et seulement si, ils n’existent plus au moment du récit (comme nous avec les dinosaures par exemple… sauf si vous écrivez un Jurassic Park). Evidemment, les objets, la faune et la flore sont parfaitement autorisés ;

– inclure dans votre texte une citation de Jean-Claude Van Damme ;

– ormis cette citation aucune phrase ne doit comporter plus de 13 mots ;

– une mort tragique doit se produire.

Deadline : fin janvier 2014

 

N’hésitez pas à vous inscrire sur le blog Enquête de mots ou ici via les commentaires.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’ai hâte d’essayer de combiner tout ça en une histoire qui tient la route !

Comme un petit plaisir ne vient pas seul… un deuxième projet tout aussi fou devrait bientôt être mis en ligne, gardez l’oeil ouvert !

Blablations

Enquête de mots : projet 6 on line

Yatta, il est sorti (enfin) le fameux projet 6 ! Mea Culpa pour ce grand retard dans la publication et surtout un grand merci aux 5 participants (Romain Breton, Flyn, Merquin, Tomcat et Tostaky).

Petit rappel du projet 6, Minuit moins deux, en contraintes (imaginées par Florian) :

Titre : Minuit mins deux
Lancer un dé (classique, à 6 faces) : le résultat est le nombre de minutes que doit durer votre histoire.
La première phrase doit être la même que la dernière.
Votre texte doit contenir : le nom d’une étoile ou d’une constellation, un mot étranger, un pangramme.
Votre texte doit contenir dans l’ordre : ardoise, centrifugeuse, excentricité et vague.

En avant l’aventure (bientôt en format ebook) !

Plus d’infos sur http://enquetedemots.blogspot.fr/ :)

Blablations

J’ai testé le Camp NaNo 2012
camp-nanoAu début du mois prenait place le deuxième et dernier Camp NaNo de l’été, celui du mois d’août. Pour ceux qui sont déjà en train de se demander ce que c’est ce que ce NaNo, ne vous inquiétez pas ça vient. Il y avait déjà quelques semaines que je lorgnais sur le NaNoWriMo et j’ai décidé de me lancer dans le Camp NaNo sur un coup de tête…
NaNoWriMo et Camp NaNo, c’est quoi ces barbarismes ?
Le NaNoWriMo c’est le raccourci pour National November Writing Month. En gros, vous consacrez un mois de votre année (et de votre vie sociale) à l’écriture. Le but est d’écrire un roman de 50 000 mots minimum en 1 mois seulement. Attention, pas un mois et quelques jours, non non : un mois pile poil. Le Camp NaNo, c’est exactement la même chose mais en été… pour les chanceux qui ont des vacances ça leur laisse plus de temps libre.
50 000 mots comme ça, ça semble à la fois énorme et pas tant que ça. On se dit que c’est faisable et aux vues des bouses qu’on peut lire parfois, on se dit qu’on pourrait faire tout aussi bien (en tout cas, c’est mon cas). Me voilà donc le 1er août devant mon clavier en train de me dire que je n’ai ni histoire, ni contexte, ni idée, rien et que pourtant il va falloir broder au moins 1666 mots (nombre de mots minimal pour réussir le défi) pour garder un cap respectable… surtout au début il faut faire bonne figure.
Et alors, le bilan ?
Heureusement pour moi, j’ai fini par trouver une idée qui me trottait dans la tête depuis quelques temps. Le but n’est pas d’écrire de la qualité mais bien de la quantité. C’est sûre, si on peur faire les deux c’est parfait, mais le principe est plutôt de désacraliser l’écriture et de se forcer un peu la main pour prendre de bons réflexes, attiser l’imagination et devenir des fous du wordcount.
Malheureusement pour moi, je n’avais pas de vacances en août, et il y a forcément un moment où je n’ai pas pu suivre. J’étais pourtant bien partie et j’avais de la l’avance, mais vu la cadence infernale du défi il suffit d’un torticolis pour vous mettre 2 jours dans les roses et plus de 3000 mots à rattraper. S’il n’y avait eu que ça, je m’en serais peut-être sortie. Bref, vous l’aurez compris j’ai du déclarer forfait avant la date butoir, sachant que pour moi elle était du 27 août et non du 31. Snif, j’aurais bien voulu avoir mon badge de winner.
Ce que j’en retiens :
– finalement, écrire 50 000 mots en un mois c’est un travail de forcené ! J’avais complètement sous évalué la difficulté de l’exercice et je dis un grand bravo à tout ceux qui ont réussi à finir à temps.
– écrire, c’est vraiment une torture. Pourtant, j’adore ça, mais quand les écrivains (et Dieu sait que j’en suis loin) explique que écrire c’est une forme de torture personnelle, ils ont raison. C’est dur, pénible et parfois même rebutant. On se force à se poser devant le clavier, ne penser qu’à ça se couper des autres univers de fiction.
– un très bon conseil qu’on m’a donné : pendant le NaNo on ne lit pas ! Moi qui a ce moment là était dans un très bon roman, ça a été très dur de résister, mais c’est vrai que d’avoir un livre dans son sac et d’en écrire un chez soi est un peu compliqué ou alors il faut que les univers soient très différents.
– novembre va arriver très vite… j’espère que je réussirais ce prochain défi avec un roman que j’espère préparer à l’avance. Ca peut aider d’avoir un plan et des idées construites.
Pour plus d’infos (en anglais) : http://www.nanowrimo.org/
Blablations

L’Abri, fin du projet 5

Abri : enquête de mot projet 5Mise à jour ! Et voilà, le cinquième projet d’Enquête de mots voit le jour. Mes plus vifs remerciements aux 6 auteurs (enfin, 5 autres auteurs, je ne me remercie pas encore) pour avoir une fois de plus joué le jeu.

Pour rappel les contraintes étaient :

Titre : L’abri
– Une scène de sexe, détaillée ou suggérée, le but étant principalement d’esquiver la contrainte de façon originale,
– L’histoire doit se passer (au moins en partie) dans un bar, une taverne ou un débit de boisson quelconque,
– Il faut intégrer la phrase « En même temps, c’est pas facile avec un doigt dans le nez »
– Un personnage doit manger quelque chose d’inhabituel,
– Utiliser les mots : pirouette, confetti, jambon, translucide et amphigouri

Pour les curieux et les curieuses, vous pouvez lire les nouvelles ici.

Bonne lecture !

Plus d’infos sur : http://enquetedemots.blogspot.com