La Bouquinerie

Into the Wild, John Krakauer

Depuis que j’ai vu le magnifique film de Sean Penn en 2007, j’ai toujours été très curieuse du roman qui avait servi de base à l’adaptation cinématographique de cette histoire vraie. Je ne sais pas pourquoi j’ai attendu aussi longtemps, mais le challenge 1 mois = consigne à raviver ma curiosité.

Pour le mois de Mars, il fallait choisir un livre à la couverture « printanière », végétale et un peu bucolique quelque part. Into the Wild (Voyage au bout de la solitude) m’a semblé un choix parfait en ode à la nature et voyage initiatique.

Christopher McCandless, Into The Wild

Christopher McCandless, devant le bus abandonné, Alaska.

En 1990, Chris McCandless obtient son diplôme et quitte tout, sa famille, sa ville, ses repères à destination de l’inconnu et surtout de la nature. Il fait don de toutes ses économies et sillonne une partie des Etats-Unis au volant de sa voiture avec pour objectif : l’Alaska. Deux années plus tard, son corps est retrouvé dans les vestiges d’un autobus qui lui a servi de refuge, au pied du mont Mc Kinley.

Ayant vu le film avant de lire le livre, j’avais pour idée que John Krakauer avait romancé la vie de Chris McCandless. En vérité, il s’agit plutôt d’un reportage que d’un roman, quand bien même il semble impossible de savoir réellement les motivations de Chris McCandless.

John Krakauer fait donc un récit précis du voyage de Chris, de ses arrêts dans des villes, des personnes qui l’ont connues et aussi des réactions de lecteurs – plus que virulentes à l’époque –  du premier article publié sur l’histoire de cet aventurier atypique qui semble avoir voulu aller au bout de ses rêves, de ses idéaux et convictions.

Into The Wild, Emile Hirsh

Emile Hirsh tenant le rôle de Chris McCandless dans le film Into The Wild

Certainement moins poignant que le film, car beaucoup moins personnifié, le « roman » de John Krakauer n’en est pas moins un très beau témoignage de cette vie hors du commun qu’à vécu Chris McCandless, et de l’empreinte qu’il laisse derrière lui.

On en ressort avec un sentiment mitigé, d’injustice d’une mort prématurée et la fascination de ce personnage de Alexander Supertramp (l’alias de Chris McCandless pendant son périple) pétri de courage et de soif d’aventure.

Une lecture qui ne laisse pas indifférent.

Note : tip top

 

Mes lectures précédentes du challenge 1 mois = 1 consigne :

Février : Phobos 2
Janvier : Les Fiancés de l’hiver

 

3 Comments

  1. J’ai vu le film il y a quelques année et je l’avais beaucoup aimé. J’avais trouvé l’histoire dure mais très intense! Et j’ai adoré le film pour les magnifiques paysages qu’il dévoilait. Je ne sais pas si je serai tentée de lire le livre après coup…
    J’ai lu récemment Into thin air de John Krakauer sur la tragédie qu’il a vécu sur le Mont Everest. C’est un roman dur car tragique, mais je te le conseille vivement!

  2. Ms. Goliath Author

    Il en parle aussi dans Into The Wild du périple sur L’Everest. Le roman donne plus un état des lieux avec différentes hypothèses sur ce qu’il s’est produit et les motivations que pouvait avoir Chris McCandless alors que le film livre une version. Mais j’ai adoré le film, un arrache coeur.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *