DIY

DIY – Tricot : le pull Galina de Quince&Co

Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas repris mes aiguilles pour un projet tricot d’ampleur, c’est à dire taille adulte ! Pour être tout à fait honnête, c’est le deuxième pull que je tricote de ma vie, et comme à chaque fois avec les projets en une pièce bottom-top (c’est-à-dire de bas en haut d’un seul coup, sans coutures), j’ai toujours l’angoisse de tout foirer au moment crucial : le col, les manches, le cou, le motif (ça ne loupe jamais).

Choisissez votre arme !

Tricoter en anglais, bien plus simple qu’il n’y paraît

J’ai l’habitude de tricoter en anglais, parce que je trouve les explications beaucoup plus faciles à comprendre qu’en français, les noms des points sont simplissimes : ce ne sont que l’explication textuelle de ce que vous devez faire avec vos aiguilles et votre fil.

Exemple tout bête : en français on dit « un jeté » en anglais « yard over » (ou YO), d’un côté on jette on ne sait quoi, de l’autre on passe le fil devant. J’ai donc choisi mon poison, quitte à me prendre la tête avec des explications, ce sera en anglais.

Patron tricot : le pull Galina de Quince & Co

Bref, le patron qui m’a fait de l’oeil est donc le pull Galina de Quince&Co. Il est beau, avait l’air assez simple pour moi, et dans une laine d’une épaisseur assez « habituelle » pour un pull.

Le premier que j’ai fait se tricotait en laine ultra fine, le pull était extra large (le Boxy, pour les curieux) je dois avouer que je n’en voyais pas le bout même si je l’aime d’amour et de mérinos !

Patron Galina de Quince&Co : le pull doudou

Mon Galina est lui aussi un mélange avec du mérinos au réjouissance (Lana Grossa Cool Wool pour ma part), j’aime cette laine, elle est chaude, douce, super agréable à tricoter et assez abordable pour de la vraie et belle laine.

Pour réussir le Galina, vous aurez besoin de connaître quelques points rudimentaires, l’endroit, l’envers, une réduction par-ci par-là, de faire mumuse avec une aiguille à torsade pour les motifs et il me semble que c’est à peu près tout. Il fait également relever des mailles et tricoter en rond, mais très honnêtement, comme pour tous les points que je ne connais pas, une vidéo trouvée sur internet et vous deviendrez une pro en quelques minutes.

Le modèle est assez facile, même si j’ai fait plusieurs bourdes (c’est bien l’inconvénient de tricoter en regardant des séries… du coup le motif à pris cher, il suffit d’une erreur d’une maille pour tout décaler), mais au final, ce sont aussi ses imperfections qui font tous le charme de mon pull. Le col est bien moins épais qu’il ne devrait… j’ai suivi le patron et oublié de mesurer la largeur. Il lui manque un bon centimètre et demi ce qui le rend… plus échancré et bien plus découvert sur les épaules.

Je le porte avec un débardeur, donc il n’y a pas mort d’homme et même sans ces 1,5cm il est extra à porter et pile poil à ma taille. En bref, mon deuxième pull, je l’aime d’amour autant que le premier. J’hésite même à le refaire dans une autre couleur… en espérant avoir moins de soucis qu’avec le premier.

Tricoter le pull Galina de Quince & Co

Tricoter, c’est vivre dangereusement. Cliffhanger de mailles !

L’épopée de mon Galina, ça a été les aiguilles circulaires. J’étais pressée de commencer mon pull, alors j’ai commandé en express des aiguilles Knit Pro « Spectra » pour débuter la bête. A la réception, l’une des aiguilles était cassée nette, rompue à la base.

Après quelques jurons, je renvoie le bousin pour les faire remplacer. Nouvelle paire reçue, pas de problème elles sont entières… entières oui, jusqu’au moment de relever les mailles du col où l’une d’elle me casse dans les mains, lâchant une partie de mes mailles dans la nature. Là, crois moi lecteur, tu rigoles pas vraiment. Panique à bord, arrêt de l’appareil respiratoire.

C’est Fort Boyard dans ta tête : comment chopper une aiguille double pointe sans bouger pour sécuriser la maille qui s’est PRESQUE, mais pas tout à fait, défaite. Parce que s’il y a bien une chose que je ne sais pas faire… c’est récupérer une maille proprement. Une fois qu’elle s’est fait la malle, que le trou est là, qu’il t’a l’air gros comme une pièce de 1 euro… t’as plus qu’à composer avec. Un jour j’apprendrais.

Tricoter le pull over Galina de Quince & Co

Heureusement pour moi, j’avais gardé une paire de circulaire de la même taille, d’une marque que je n’affectionne pas vraiment… mais qui pour le coup m’a bien dépanné. Même si le câble est bien trop épais et que la laine agrippe à tout bout de champ, j’étais contente de pouvoir finir mon pull sans avoir à commander de nouvelles aiguilles.

Knit Pro Spectra et Rico Design : aiguilles circulaires au banc de test

Alors, si j’ai un conseil pour vous : les aiguilles Knit Pro en général, oui. Sans aucun problème. J’en ai plusieurs en bois, des circulaires et des doubles pointes (qui m’ont servies pour les manches du Galina) et elles sont vraiment nickel.

Les Knit Pro Spectra en plastoc rose pétant, c’est marrant mais c’est vraiment très fragile. Pour une écharpe, un châle, un snood, pourquoi pas. Mais oubliez-les dès l’ors qu’il y a de la tension sur vos aiguilles.

Et pour la marque que je n’aime pas mais qui m’a sauvé la mise, il s’agit d’aiguilles Rico Design (aiguilles en bois, câble en plastique épais). Elles sont sûrement très bien pour de grands débutants qui ont peur de perdre leurs mailles (et là aucune chance vu que le câble est aussi épais que les aiguilles et qu’il agrippe comme il faut), mais pour les autres tricoteur/tricoteuse, c’est assez pénible de devoir sans cesse ramener un paquet de mailles à notre aiguille.

J’espère lecteur, qu’en plus de tricoter tu aimes lire, parce qu’avec mon article fleuve il y a de quoi faire. Enfin, tu peux tout aussi bien regarder les photos et lire le dernier paragraphe. Je te résume tout : Galina c’est un pull qui déchire et assez facile à faire ! Fonce coco !

2 Comments

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *