Blablations

London trip : week end au pays magique de Wicked à Harry Potter

Retour obligé sur mon petit week-end londonien avec ma soeur. Au programme, pas vraiment de visites (il faut dire qu’on est déjà allée toutes les deux plusieurs fois à Londres), mais pas mal de balades et de passages obligés et de découvertes !

Honest Burger : l’un des meilleurs burgers

Le hasard fait parfois bien les choses, dès le premier midi, nous sommes tombées sur un petit resto de burgers qu’on ne connaissait pas du tout, mais on avait faim (très faim !). Entrées dans l’antre du pain moelleux, on a vite compris qu’on avait déniché une bonne adresse.

Le resto ne désemplissait pas et malgré la déco très hype, bobo londonien (gluten free et tout le tintouin), les cartes et les assiettes des autres nous faisaient saliver ! Vous l’aurez compris, chez Honest on mange bien et bon ! Hamburger délicieux, frites maison au romarin, cola éthique. Bref, c’est bon d’être bobo ! Et rétrospectivement, les prix sont tout à fait honnêtes !

Honest meilleur burger de londres

Servi dans son plus simple appareil, il va falloir de la dextérité pour manger votre burger… Chez Honest, c’est comme à la maison, on mange avec les doigts (mais on a un couteau pour le burger tout de même), et c’est encore meilleur.

 

Wicked : la comédie musicale qui fait trembler Oz

Dans notre folie des grandeurs, on en a profité pour aller voir Wicked (mais si, vous savez, l’histoire de la méchante sorcière de l’ouest du Magicien d’Oz). Il y a plusieurs années, j’avais acheté le roman Wicked (très sympa d’ailleurs), alors j’ai sauté sur l’occasion… le spectacle à plus de 10 ans et il tourne encore à plein régime c’est que ça doit valoir le coup !

Hop, direction Apollo Victoria Theatre à côté de la station Victoria (si vous cherchez votre chemin, demandez plutôt la salle qui joue Wicked que le nom du théâtre… ça a beaucoup plus de succès), suivez le vert émeraude, vous n’êtes plus très loin !

Comédie musicale londres wicked magicien oz

Je ne spoilerai rien de l’histoire ou de la mise en scène, mais une chose est sûre : le spectacle est génial !! J’ai adoré du début à la fin, le théâtre entier est au couleur du pays d’Oz et tout est fait pour le confort du spectateur (prenez une petite laine, la clim londonienne c’est quelque chose). Les chansons sont top (dont la chanson phare Defying Gravity, je ne savais même pas qu’elle sortait de là), les acteurs, l’orchestre, le décor, la mise en scène… je comprends bien mieux le triomphe !

A voir absolument, ça vaut les 70 euros du billet (d’ailleurs, j’ai pris les seconds billets les moins chers de mémoire et on avait une vue parfaite sur la scène et pourtant on était dans les derniers rangs mais la salle n’est pas si grande).

 

Londres aux couleurs de Harry Potter

Potterhead bonjour, un passage à Londres sans faire un tour à King Cross, c’est impossible… et vous avez bien raison. A défaut d’avoir pu rendre visite au pays merveilleux de Harry dans les Studios Warner (complet les week end, et si on rajoute le transport puis les billets d’entrée c’est vraiment pas donné), nous avons un petit tour à King Cross et sur le quai 9 3/4.

 

boutique harry potter quai ç 3/4 king cross londres

bonbon bertie crochue boutique harry potter londres

Londres en général est devenu le paradis du merchandising Harry Potter, mais quelque part, je ne vais pas me plaindre. Entre les bonbons Bertie Crochue (qui vous assurons des soirées de folie entre amis), les mugs, les vêtements et pour les fans les plus hardcore des baguettes magiques (à presque 50 pounds quand même), vous trouverez tout votre bonheur sur le quai 9 3/4 mais aussi chez Harods et grosso modo à pas mal d’endroit (même à Primark).

 

Visite au Natural History Museum aka Jurassic Park

On l’aura mérité avec tous les problèmes de transports que nous avons eu ce jour là, mais nous avons réussi à atteindre le fameux musée d’histoire naturel. Il est magnifique de l’extérieur (sacré bâtiment !) et si j’avais particulièrement envie d’y aller, c’était surtout pour voir les dinosaures (gamine une jour…) et je n’ai pas été déçue. La visite (du côté dinosaures) est assez rapide, mais le reste du musée est gigantesque. Pour les fanas, ils y a même une boutique dédiée aux vieux os (et je n’ai pas pu m’empêcher d’acheter un tyrannosaure à construire…).

dinosaures londres musee d'histoire naturelle jurassic park

squelettes dinosaures londres musee d'histoire naturelle

Sacrées bestioles quand même ! Je n’ai pas pu le prendre en photo, mais il y avait en même temps que nous un bébé habillé en Chewbacca qui regardait avec beaucoup d’attention tous les squelettes de dinosaures… c’était une scène assez magique !

Malgré le temps (froid et neige), les transport grincheux et les cartes touristiques vraiment pourries… j’aime toujours autant Londres et j’y retournerai avec plaisir !

Blablations

Le folle histoire de France, par Terrence & Malik

Terrence est un pion, Malik un élève multirécidiviste du redoublement. Pas d’bol pour Malik, au programme : heure de colle dédiée au contrôle d’histoire. Révisions obligent, les grands moments de l’histoire de France vont tous y passer (si ce n’est tous, au moins beaucoup).

Remettons Marie-Antoinette sur son balcon avec ses macarons, La folle histoire de France est une pièce de théâtre qui se tient à l’Alambic Comédie, un minuscule théâtre au coeur du 18ème arrondissement de Paris interprétée par Farhat Kerkeny (Malik) et Nicolas Pierre (Terrence).

Je suis loin d’être une férue d’Histoire de France et pourtant, j’ai passé un excellent moment pendant cette heure de colle où l’humour est plus qu’au rendez-vous et où les acteurs jouent autant entre eux qu’avec le public.

Les blagues, vannes et gags vont bon train entre les deux uniques protagonistes de cette pièce extrêmement bien ficelée. Un grand plaisir à petit (voir très petit) prix !

La folle histoire de la France, Théâtre de Alambic Comédie, entre 9 et 14 euros, jusqu’à 24 décembre à Paris.

Note : trop de la balle

Blablations

Ma lampe de créateur

Dans la vie, il y a des gens qui ont un coup de folie, un coup de génie, et qui prennent leur courage à deux mains pour changer de voie professionnelle du tout au tout… pour faire de très très jolis objets (et meubles et des instruments de musique… et plein de choses !). C’est le cas de Sylvain le créateur de ma lampe adorée, preuve s’il en faut qu’il faut écouter ses envies dans la vie : une reconversion réussie !

Comme on dit, une image vaut mieux mots, alors voici quelques photos de cette lampe qui m’a tout de suite séduite. Pour en savoir un peu plus sur l’ébéniste qui l’a créé, un petit tour sur son site web ou sur sa page Facebook.

lampe minimaliste en bois

 

Lampe en bois ampoule vintage

 

Lampe minimaliste en bois

 

 

 

 

 

 

Blablations

Les escape games, ou les point and click IRL

Il n’aura pas fallu longtemps pour que la folie des Escape Game (ou Escape Room) s’empare de l’hexagone. Pour une fois, pas besoin d’habiter à Paris pour jouer au détective en herbe, des Escape Game existent dans la plupart des grandes villes de France même s’il est vrai que la concentration d’escale Game est particulièrement forte dans la capitale.

Escape game, qu’est-ce que c’est ?

Le principe est simple, on vous enferme dans une pièce et vous devez trouver le moyen d’en sortir (ou de récolter les preuves requise pour finir la mission). Il y a des tonnes de scénarii différents qui peuvent aller du métro jusqu’à Assassin’s Creed (ouvert très récemment) en passant par un braquage de banque ou résoudre la disparition d’une personne dans un décor années 50.

Toutes les excuses sont bonnes pour vous immerger dans un univers précis, à vous de trouver les indices qui vous permettront de résoudre toutes les énigmes, d’ouvrir les cadenas, etc. Pour pimenter un peu l’expérience, vous aurez bien évidemment à résoudre toutes les énigmes en 60mn maximum !

escape-game-braquage

Pourquoi on aime tant les Escape Game ?

Il a plein de raisons qui font le succès de ses pièces remplies d’énigmes, je vais essayer de vous lister les miennes.

  • Mettre une pièce à sac ! Ne me dites pas que vous n’avez jamais rêver de fouiller une pièce inconnue pour y trouver tous ses petits secrets, dans un Escape Game c’est exactement ce que l’on vous demande, alors ne vous privez pas, retournez tout… mais méthodiquement.
  • Se prendre pour Colombo. Trouver des indices et comment les utiliser pour arriver à vos fins, tout peu avoir son importance tout comme être une fausse piste, il faudra avoir le nez creux et bien communiquer avec les membres de votre équipes pour en venir à bout.
  • Battre le chrono. Ce n’est pas parce que vous avez 60 minutes pour résoudre le scénario qu’il ne faut pas être joueur ! Battre le meilleur chrono de la salle peut être un rêve fou (il y a des gens qui sont des brutes épaisses des Escape Game), mais en tout cas, c’est un sacré challenge et chaque minute grappillée est un petit exploit en soi.
  • Profiter des décors. Ils sont souvent très travaillés et bourrés de petits détails (voir de petites blagues pour les joueurs). Et comme chaque scénario à son univers, c’est une nouvelle aventure à chaque fois !

Rapport qualité prix

Les salles sont en générales ouvertes entre 2 et 6 joueurs. Le prix par personne oscille entre 20 et 30 euros et dépend à la fois du jour de la semaine et des horaires ainsi que du nombre de participants (techniquement là où on paie le moins cher c’est avant 18h en semaine en remplissant la salle).

Alors oui, c’est un budget pour 1h de jeu (grand maximum), mais très honnêtement, ça en vaut la peine. Jusque là je n’ai pas été déçue et pourtant j’ai essayé plusieurs salles sans être jamais déçue. Pour l’instant, j’ai fait :

  • Escape Hunt Paris, scénario Crime au Cabaret,
  • Victory, scénario Les Cobayes de Shutter Island,
  • Leavinroom, scénario Le Pays des Merveilles,
  • The Game Escape If You Can, scénario Braquage à la française.

Vivement les prochains, en tête de liste le scénario Saw de Leavinroom, le scénario Assassin’s Creed et Catacombes de The Game Escape If You Can (ces trois là à Paris) et l’escape game de la forteresse de Chinon « Le secret de Richard Coeur de Lion ».

 

Blablations

Dragon Loyalty Award

Maelys, du blog Maelys aime lire, m’a taguée pour le Dragon Loyalty Award (merciiii :)). Ce tag remercie les fidèles lecteurs et commentateurs d’un blog et le but est assez simple : nommer 6 personnes pour le Dragon Loyalty Award ainsi que dévoiler 7 choses sur nous même.

dragon-loyalty-award

Mes nominations pour le Dragon Loyalty Award

Un petit TAG pour du beurre, Maelys a déjà répondu au Dragon Loyalty Award, mais j’aime beaucoup son blog alors je ne peux que le conseiller.

  • Ahez, du blog Between The Books, toujours fidèle au poste, elle vous embarquera dans ses aventures livresques de dévoreuses de pages avec un avis toujours très éclairé ! Vous aimez les belles lettres, à suivre sans hésiter !
  • Powings, du blog De découvertes en découvertes, qui me suit déjà depuis quelques temps que ce soit sur le blog, Instagram etc. Chez elle, vous découvrirez ses expériences DIY (couture, crochet, lectures, etc) et un peu de Bretagne inside.
  • Telys, du blog Arlandira, toujours un plaisir de la lire et d’échanger avec elle sur les différents réseaux. Vous pouvez suivre ses pérégrinations, ses lectures et… la frimousse de son chat.
  • Lost in Chapter 13, un blog que j’aime beaucoup également. Ses articles lecture sont très détaillés, on sent sa passion dans ses posts ! Un plaisir. Souvent, je suis complètement larguée car je ne connais pas la moitié de ce dont il parle, mais ça donne souvent de bonnes idées lecture. Et puis, nous avons un penchant commun pour Jasper Fforde, et ça… c’est la meilleure excuse du monde.
  • Xav Bidule, un blog pas comme les autres. Monsieur papote un peu, mais surtout il gribouille. Enfin, quand je dis gribouille… bref… allez donc y faire un tour vous verrez bien de quoi le môssieu est capable. Il vient également de sortir le tout frais « Prof connard » qui me fait beaucoup rire, des débuts bien prometteurs !

7 choses (palpitantes) sur moi

avers sur oise chateau

1. Je suis une touche à tout. J’adore tester de nouvelles choses et activités… en revanche, je ne suis pas très assidue. Si je rencontre trop de difficultés, j’ai tendance à laisser tomber si je n’ai pas quelqu’un pour me botter le cul (un prof par exemple). C’est comme ça que je me retrouve avec une guitare depuis des années, sans savoir en jouer. J’avais dans l’idée d’apprendre toute seule… grossière erreur.

2. J’aime beaucoup voyager et pourtant, je n’ai encore jamais quitté l’Europe :(

3. Je regarde beaucoup de films et de séries… de tout genre. Je peux autant regarder des bollywoods que des films d’auteurs, des nanars ou des blockbusters. J’adore les films d’horreur, mais j’en trouve très peu qui me font vraiment de l’effet. Si vous avez des suggestions, je suis preneuse !

4. J’ai beau faire la fière devant des films d’horreur, je tremble comme une feuille devant une araignée, ces petites bêtes me foutent vraiment les boules… de manière parfaitement irrationnelle. Impossible d’ailleurs de regarder un film sur une invasion d’arachnides !

Les trois jeunes détectives, Hitchcock, Bibliothèque verte

5. J’adore faire les encombrants (ou les monstres et les vides greniers). Depuis que j’habite dans mon nouvel appartement (ça fait à peu près 4 ans), je suis dans un quartier assez populaire où les encombrants sont souvent assez éclectiques. On peut autant trouver un vieux matelas pourri jusqu’à la moelle, qu’une table basse en bois massif. Je profite de mes promenades avec mon chien pour faire des repérages et récupérer des meubles. Il m’arrive souvent de devoir me freiner… je n’ai pas de diable et souvent des meubles très sympas me passent sous le nez faute de pouvoir les transporter. D’un autre côté, je vis en studio, alors c’est peut être mieux comme ça !

6. Je travaille sur l’ébauche d’un roman depuis le NaNoWriMo 2015, je devrais le retravailler pour le NaNoWriMo de cet été et j’espère qu’un jour j’arriverai à une version « finale » même si elle ne vaut pas grand chose, simplement pour avoir réussi l’exercice de finir un récit long.

7. Enfant j’adorais les aventures des Trois jeunes détectives de la Bibliothèque Verte, publiée sous le nom d’Alfred Hitchcock (le début de mon amour pour le grand bonhomme). Depuis, je les ai toujours gardés et je garde toujours l’oeil ouvert dans les vide greniers pour tenter de dénicher ceux qui me manquent.