Recettes

Recette : glaces maison sans sorbetière

L’été arrive, le soleil pointe le bout de son nez ! Profitons du beau temps pour se délecter de glaces maison. Qui dit petit appart, dit minuscule cuisine et dans ma grande chance : un petit congélateur. Depuis quelques temps, je lorgne sur les glaces faites maison, sans sorbetière bien entendu.

Comme l’occasion fait le larron, après une petite visite chez Hema, je suis repartie avec des moules à glace. Il n’y avait plus qu’à trouver la recette parfaite.

recette glace sans sorbetière yaourt framboise

Recette des glaces yaourt et framboises

Recette, recette, c’est tellement simple qu’il est presque arrogant d’appeler ça une recette. Il suffit de mélanger et… voilà ! Pour un moule de 6 glaces à bâtonnets :

  • 3 yaourts à la grecque saveur vanille (ou nature, personnellement, j’ai pris ceux qui étaient en promo)
  • 1 grosse poignée de framboises

Dans un bol, mélanger le yaourt et les framboises. Répartir la préparation dans les moules à glace et mettre au congélateur plusieurs heures (personnellement, je les laisse 6 heures minimum).

Pour un démoulage facile, passer le moule sous l’eau chaude et démouler sans forcer.

recette glace sans sorbetière yogourt framboise

Des glaces sans sorbetière, ça donne quoi ?

Si vous vous attendez à retrouver le côté onctueux de la glace comme vous l’imaginez, ce n’est pas vraiment le cas. J’ai testé plusieurs recettes avant de me lancer dans le yaourt et franchement c’est pas mal du tout. A refaire sans modération.

Dès que les recettes compte trop d’eau, on se retrouve bien vite avec l’effet glaçon (qui ne me dérange pas du tout par forte chaleur : un peu de citron, de menthe, de l’eau et vous avez une glace glaçon goûteuse, healthy et particulièrement rafraîchissante).

Si je teste de faire mes glaces moi même, c’est d’une part parce que ça m’amuse, mais également pour essayer de consommer mieux : pas de sucre ajoutés et des ingrédients naturels, en somme pas de quoi culpabiliser après la 3ème glace au soleil sur la terrasse !

recette-glace-yaourt-sans-sorbetiere

Ciné séries

Little Dead Rotting Hood, Jared Cohn

Littéralement « Le petit chaperon mort et pourrissant », Little Dead Rotting Hood est un film d’épouvante-fantastique qui mélange – plus que maladroitement – des inspirations tout droit issues de Buffy Contre les Vampires, Underworld, Walking Dead et bien sûr du Petit Chaperon Rouge.

Synopsis : Little Dead Rotting Hood

Dans une petite ville à la lisière de la forêt, on s’inquiète bien vite de quelques attaques de loups sauvages. Mais ces loups ne sont pas tout à fait ce qu’ils paraissent être… Pendant qu’ils traumatisent la ville, une mamie balance sa petite fille en pâture aux bêtes sauvages et l’enterre.

Quelques heures plus tard, Samatha surgit de sa tombe, mais sa grand-mère elle n’est plus de ce monde. Mystère et malédiction !

little-dead-rotting-hood

Le caniche-garou contre la cape magique

Low-budget sans aucun doute, Little Dead Rotting Hood aurait pourtant pu plaire aux fans du genre. S’inspirer de la culture fantastique, pourquoi pas, se baser sur un conte (même si c’est vu et revu), pourquoi pas. Mais quitte à le faire, il faut choisir et bien : soit on part du principe que le film sera vraiment pourri et on en joue, soit on fait un bon film… mais alors c’est un sacré défi.

little-dead-rotting-hood-loup
Minou, minou, minouuuu !

L’un des problèmes, outre les effets spéciaux ridicules, le scénario quasi inexistant et les personnages inintéressants, c’est que ce film se prend bien trop au sérieux. Résumons, ami, ce qui t’attend devant le Petit Chaperon Mort et Pourrissant.

De prime abord, je tiens à le préciser, il y a arnaque sur le titre :

  • ok pour Chaperon (la cape rouge : check),
  • demi-ok pour Mort (bouffée par des loups et enterrée : check. Techniquement ce serait plutôt undead, mais bon, admettons)…
  • mais alors Pourrissant ? Là, vraiment je sèche. Samantha n’est pas le moins amochée quand elle sort de la tombe, personne ne semble s’inquiéter de son odeur de pourri… vraiment rien à voir avec la choucroute.

Passons le titre pas vraiment contractuel. Nous avons donc une jeune femme, courte vêtue, qui se transforme à moitié en loup déguisée en chaperon (ça lui donne des pouvoirs supplémentaires… oui oui), qui est le seul espoir de l’univers contre une armée de loups démoniaques prêts à tout pour saccager la ville.

little-dead-rotting-hood-mitaine
Les mitaines Wolverine, les meilleures amies des effets spéciaux pourris

Malédiction, grimoire, épée magique, grand maman loup pas gentille, je ne vous dévoile pas l’intégralité du film pour ne pas vous gâcher le peu de palpitant existant, mais autant vous dire… qu’en plus d’être convenu, il est particulièrement planplan.

Little Dead Rotting Hood : la critique flash

L’ombre d’un navet plane sur ce film. J’avais beaucoup d’espoirs avec cette merveilleuse affiche qui nous promets monts et merveilles de rires à gorge déployée, et encore plus avec son titre digne d’une pute à clique. Au final, comme toute bonne fille de joie de l’internet : que de la gueule et aucun véritable intérêt, même nanardesque.

little dead rotting hood film critique

 

Little Dead Rotting Hood
Sortie : 2016
Réalisateur : Jared Cohn
Casting : Eric Balfour, Bianca A. Santos, Patrick Muldoon
Durée : 1h30

Recettes

Gâteau au yaourt au Cookeo

Comment associer modernité et nostalgie ? Faire un gâteau au yaourt cuit au Cookeo ! Depuis que j’ai acheté le Cookeo, je m’en sert quasi-quotidiennement. Qui eût cru qu’une petite machine pouvait prendre tellement de place (et faire gagner tellement de temps)…

Bref, à part pour cuire des plats en sauce, du riz, des légumes vapeurs etc, je ne l’ai jamais utiliser pour faire cuire un gâteau, et pourtant, il parait que c’est possible. Alors, si c’est possible, ça me titille ! J’avais envie depuis longtemps de refaire un gâteau au yaourt, c’était l’occasion rêvée.

Recette du gâteau au yaourt

Liste d’ingrédients :

  • 100 gr de beurre
  • 300 grammes de farine
  • 80 gr de sucre
  • 3 oeuf
  • 1 yaourt nature
  • 1 peu de rhum ambré
  • 1 sachet de levure

Mélanger le yaourt, le beurre, les oeufs et le sucre. Ajouter ensuite la farine et la levure. Une fois la pâte bien homogène, ajouter le rhum et mélanger de nouveau (recette de Christophe Felder, d’après le grand internet).

Cuisson du gâteau au yaourt au Cookeo

La cuisson d’un gâteau au Cookeo, c’est aussi simple que toute autre cuisson. On utilise la fonction vapeur et on cuit le gâteau dans un moule dans le panier vapeur.

  • N’ayant pas de moule à gâteau circulaire, j’ai opté pour une casserole sans manche qui entrait dans le panier vapeur du Cookeo.
  • Beurrer le moule à gâteau/casserole (j’ajoute toujours un cercle de papier cuisson au fond du plat pour faciliter le démoulage)
  • Mettre la pâte dans le moule/casserole. Répartir et enlever le maximum de bulles d’air en tapant légèrement la casserole sur le plan de travail.
  • Emballer le moule dans du film étirable. Mettre le panier vapeur dans le Cookeo, ajouter 300ml d’eau au fond de la cuve. Ajouter le moule filmé dans le panier vapeur.
  • Lancer la cuisson vapeur pendant 40mn.
  • Une fois la cuisson finie, retirer (prudemment) le moule du Cookeo, enlever le film étirable et démouler. Laisser refroidir sur une grille à pâtisserie.

Comment cuire gateau vapeur cookeo

Le résultat de la cuisson au Cookeo

Comme beaucoup j’imagine, je suis plus habituée au cuisson au four pour les gâteaux. Autant j’ai tout de suite adopté le Cookeo pour quasiment tous les aliments (sauf les pâtes et certaines viandes), autant pour les gâteaux je reste perplexe.

Mon premier test n’est pas vraiment concluant. Le gâteau n’est pas mauvais (mais je n’ai jamais testé cette recette au four, du coup il faudrait que je le fasse pour être sûre que ça ne vient pas de la recette), mais je le trouve un tout petit peu compact, pas très homogène dans la cuisson et au final pas vraiment fameux… mais pas mauvais.

J’essaierai de nouveau avec une recette qui m’est déjà familière pour être sûre que c’est la cuisson vapeur qui ne me plait pas vraiment.

Pour être tout à fait honnête, j’ai testé la cuisson plutôt par curiosité, je possède un four et je ne vois aucun intérêt à cuire un gâteau au Cookeo par rapport au four quand on en a un (hormis peut être en période caniculaire où allumer le four qui va chauffer l’appartement est toujours pénible).

En bref : pas mauvais mais pas transcendant, le gâteau au Cookeo ne m’a pas tout à fait séduite.

avis-recette-cuisson-gateau-cookeo

Ciné séries

Exit 14, de Joe Salcedo

Se tromper de route peut s’avérer fatal… c’est certainement un des lieux communs de bien des films d’horreur. Exit 14 (comme son nom l’indique) ne manque pas à l’appel… Un groupe de springbreakers prennent la route ensemble pour retrouver leur amis. Un peu paumés, ils prennent la sortie 14 pour essayer de récupérer le bon chemin.

Il s’arrêtent dans une station service miteuse et rencontre Roy le tenancier du lieu. Stéréotype du pauvre type de la cambrousse qui ne voit jamais personne, Roy s’occupe de nos jeunes en détresse qui après leur pause Mappy finissent par tomber en panne et se faire secourir par le bonhomme.

Exit 14 sort ses plus beaux clichés

Pour essayer de comprendre comment Exit 14 a pu voir le jour, j’ai essayé de me mettre dans la peau de ce sombre inconnu qu’est Joe Salcedo, le réalisateur.

Nous aussi, par le scénario...
Nous aussi, par le scénario…

A priori, ce film est son premier film en tant que réalisateur (il va lui falloir encore beaucoup d’essais avant d’arriver à quelque chose de potable) et pourtant, il a oeuvré dans le milieu du cinéma.

Les films des autres réalisateurs avec qui il a travaillé ont dû lui faire de l’oeil : s’ils ont pu s’en tirer, alors pourquoi pas lui !

Pour cela, reprenons donc les ingrédients magiques d’un film d’horreur :

  • pour les personnages : une bimbo, une gentille fille en couple avec un garçon pas si clean que ça, un pote qui ne sert pas à grand chose et un type bizarre qui traînait par là
  • pour l’intrigue : une panne de voiture, un réseau téléphonique HS, une maison hanté, quelques fantômes, un peu de supernaturel et du folklore local
  • pour le déroulement : chacun pour soit c’est vachement mieux, des morts, du sang, des disparitions…
exit 14 medaillon maudit
Le médaillon de l’enfer ! Maman ne t’a jamais dit de ne rien accepter des inconnus ?

Exit 14 reprend tous ses ingrédients et les associe de manière tout à fait fortuite. Les événements s’enchaînent sans fil conducteur ni explication : ils arrivent, c’est tout. C’en est tellement déconcertant que ça en devient particulièrement drôle.

Sur la route du nanar en puissance

J’avoue avoir beaucoup ri pendant le visionnage de ce film qui recèle de pépites toutes plus hallucinantes les unes que les autres. Exit 14 c’est 1h30 d’absurdité pathétique et de mauvaise mise en scène. Je suis très mauvais juge, j’adore les très très mauvais films comme celui-ci, je suis toujours ébahie de constater que malgré tout ils arrivent à se faire distribuer (d’une manière ou d’une autre).

exit 14 effet speciaux carton pate
Après 4 reprises, il parvient enfin à arracher le maquillage !

Il n’y a rien de bon dans ce film. L’affiche n’a rien à voir avec le scénario, les intrigues ne sont jamais résolues, les raccords sont plus que mauvais et surtout on ne comprend rien du début à la fin, ce qui en fait un joyau à l’état brut !

Exit 14 : la critique flash

Un film que j’ai adoré détester et qui restera sûrement dans mon esprit pendant longtemps. Il ne mérite certainement pas le palmarès du nanar cinématographique, mais il se défend.

exit 14 adolescent film horreur maison hantee
Clairvoyant, non ?

Je vous promets : des faux raccords de dingues, des « what the fuck » scénaristiques à vous en couper le souffle, une ambiance sonore à vous faire grincer des tympans et une bataille finale de malade ! Exit 14, c’est assumer perdre 1h30 de votre vie pour voir un véritable navet.

exit 14 film critique

 

Exit 14
Sortie : 2016
Réalisateur : Joe Salcedo
Casting : Laura Flannery, Ashton Leigh, Anthony Del Negro
Durée : 1h30

Blablations

London trip : week end au pays magique de Wicked à Harry Potter

Retour obligé sur mon petit week-end londonien avec ma soeur. Au programme, pas vraiment de visites (il faut dire qu’on est déjà allée toutes les deux plusieurs fois à Londres), mais pas mal de balades et de passages obligés et de découvertes !

Honest Burger : l’un des meilleurs burgers

Le hasard fait parfois bien les choses, dès le premier midi, nous sommes tombées sur un petit resto de burgers qu’on ne connaissait pas du tout, mais on avait faim (très faim !). Entrées dans l’antre du pain moelleux, on a vite compris qu’on avait déniché une bonne adresse.

Le resto ne désemplissait pas et malgré la déco très hype, bobo londonien (gluten free et tout le tintouin), les cartes et les assiettes des autres nous faisaient saliver ! Vous l’aurez compris, chez Honest on mange bien et bon ! Hamburger délicieux, frites maison au romarin, cola éthique. Bref, c’est bon d’être bobo ! Et rétrospectivement, les prix sont tout à fait honnêtes !

Honest meilleur burger de londres

Servi dans son plus simple appareil, il va falloir de la dextérité pour manger votre burger… Chez Honest, c’est comme à la maison, on mange avec les doigts (mais on a un couteau pour le burger tout de même), et c’est encore meilleur.

 

Wicked : la comédie musicale qui fait trembler Oz

Dans notre folie des grandeurs, on en a profité pour aller voir Wicked (mais si, vous savez, l’histoire de la méchante sorcière de l’ouest du Magicien d’Oz). Il y a plusieurs années, j’avais acheté le roman Wicked (très sympa d’ailleurs), alors j’ai sauté sur l’occasion… le spectacle à plus de 10 ans et il tourne encore à plein régime c’est que ça doit valoir le coup !

Hop, direction Apollo Victoria Theatre à côté de la station Victoria (si vous cherchez votre chemin, demandez plutôt la salle qui joue Wicked que le nom du théâtre… ça a beaucoup plus de succès), suivez le vert émeraude, vous n’êtes plus très loin !

Comédie musicale londres wicked magicien oz

Je ne spoilerai rien de l’histoire ou de la mise en scène, mais une chose est sûre : le spectacle est génial !! J’ai adoré du début à la fin, le théâtre entier est au couleur du pays d’Oz et tout est fait pour le confort du spectateur (prenez une petite laine, la clim londonienne c’est quelque chose). Les chansons sont top (dont la chanson phare Defying Gravity, je ne savais même pas qu’elle sortait de là), les acteurs, l’orchestre, le décor, la mise en scène… je comprends bien mieux le triomphe !

A voir absolument, ça vaut les 70 euros du billet (d’ailleurs, j’ai pris les seconds billets les moins chers de mémoire et on avait une vue parfaite sur la scène et pourtant on était dans les derniers rangs mais la salle n’est pas si grande).

 

Londres aux couleurs de Harry Potter

Potterhead bonjour, un passage à Londres sans faire un tour à King Cross, c’est impossible… et vous avez bien raison. A défaut d’avoir pu rendre visite au pays merveilleux de Harry dans les Studios Warner (complet les week end, et si on rajoute le transport puis les billets d’entrée c’est vraiment pas donné), nous avons un petit tour à King Cross et sur le quai 9 3/4.

 

boutique harry potter quai ç 3/4 king cross londres

bonbon bertie crochue boutique harry potter londres

Londres en général est devenu le paradis du merchandising Harry Potter, mais quelque part, je ne vais pas me plaindre. Entre les bonbons Bertie Crochue (qui vous assurons des soirées de folie entre amis), les mugs, les vêtements et pour les fans les plus hardcore des baguettes magiques (à presque 50 pounds quand même), vous trouverez tout votre bonheur sur le quai 9 3/4 mais aussi chez Harods et grosso modo à pas mal d’endroit (même à Primark).

 

Visite au Natural History Museum aka Jurassic Park

On l’aura mérité avec tous les problèmes de transports que nous avons eu ce jour là, mais nous avons réussi à atteindre le fameux musée d’histoire naturel. Il est magnifique de l’extérieur (sacré bâtiment !) et si j’avais particulièrement envie d’y aller, c’était surtout pour voir les dinosaures (gamine une jour…) et je n’ai pas été déçue. La visite (du côté dinosaures) est assez rapide, mais le reste du musée est gigantesque. Pour les fanas, ils y a même une boutique dédiée aux vieux os (et je n’ai pas pu m’empêcher d’acheter un tyrannosaure à construire…).

dinosaures londres musee d'histoire naturelle jurassic park

squelettes dinosaures londres musee d'histoire naturelle

Sacrées bestioles quand même ! Je n’ai pas pu le prendre en photo, mais il y avait en même temps que nous un bébé habillé en Chewbacca qui regardait avec beaucoup d’attention tous les squelettes de dinosaures… c’était une scène assez magique !

Malgré le temps (froid et neige), les transport grincheux et les cartes touristiques vraiment pourries… j’aime toujours autant Londres et j’y retournerai avec plaisir !